La mutuelle wemind pour les entrepreneurs et les indépendants

Publié le Tuesday, December 7, 2021 et réalisé par Julie Huguet

Interview de HIND ELIDRISSI, Fondatrice de la mutuelle WEMIND pour les entrepreneurs et les indépendants 🤝

Julie Huguet : Hind Elidrissi, tu es la fondatrice de Wemind et du syndicat indépendant.co. Tu t’es attaqué à plusieurs des problèmes liés au freelancing. Entre autres, à la protection des indépendants.

Qu’est ce qui a fait que tu as quitté le salariat pour monter un projet, une entreprise, puis, finalement, un syndicat dans ce domaine. Quel a été le déclic ?

 

Hind Elidrissi : Je voulais être entrepreneure à la sortie de mes études. Sauf que je n’avais pas d’argent, pas d’idées et aucune idée de comment on fait ça. La voie la plus logique pour moi était de prendre un CDI dans une grande entreprise pour apprendre. Mais j’avais toujours au fond de moi ce désir d’entreprendre. Quand je suis partie de l’entreprise dans laquelle j’avais passé un peu plus de dix ans, que je suis devenue entrepreneure et que j’ai pu enfin vivre cette situation-là qui me faisait rêver depuis longtemps, je me suis rendu compte que je perdais tous les avantages du salariat. Et je me suis demandé comment en bénéficier en tant qu’entrepreneur ?

Et donc, j’ai créé pour les freelances et pour les entrepreneurs une formule Wemind qui permet d’avoir la même mutuelle qu’un salarié, la même garantie de maintien de revenus, de prévoyance quand on est malade, d’avoir ces revenus qui sont garantis quasiment à vie, d’avoir une assurance professionnelle et d’avoir un comité d’entreprise puisque j’avais toujours connu ça comme salarié. Ce que je fais, c’est essayer d’améliorer les conditions de vie des indépendants.

 

Julie Huguet : Quel est le risque de l’indépendance, d’après toi ?

Hind Elidrissi : Le jour où arrive un accident grave, qu’est ce qui se passe? Aujourd’hui, quand on est indépendant et si on n’est pas au courant qu’il faut se protéger, payer des cotisations qui vont permettre de mutualiser les risques, etc, on peut se retrouver dans une difficulté très importante et très concrètement, les gens peuvent se retrouver au RSA s’ils n’ont pas les bonnes couvertures… Le danger est vraiment très important.

Et après, de manière plus générale, ce qui motive le syndicat, c’est que si les indépendants ne défendent pas leurs droits, d’autres vont décider à leur place. Par exemple, si les travailleurs de plateformes ne se mobilisent pas pour défendre leurs intérêts, ce sont les plateformes qui décident à leur place.

 

Julie Huguet : On est à un moment où tout est en train d’exploser. Il y a de plus en plus d’indépendants, de nouvelles manières de travailler. Ça n’a pas été réglementé. Il est temps d’organiser les choses. Comment toi, justement, vas-tu organiser tout cela ? Comment as-tu conçu des offres ?

Hind Elidrissi : Avec le syndicat, on a créé un accompagnement et des services. On a un modèle un peu particulier. Normalement, avec un syndicat, tu payes une cotisation, tu fais partie du syndicat et ensuite, tu peux bénéficier des services.

Nous on a pris ce modèle à contre-pied parce qu’on considère qu’il n’est pas adapté au monde d’aujourd’hui. Chez nous, tu peux bénéficier des services du syndicat gratuitement. Tu as de l’information avec la hotline, tu as de l’accompagnement, y compris psychologique, parce que pendant la crise, on a eu des gens qui se sont retrouvés en détresse. Tous ces services-là sont totalement gratuits parce que si on les rendait payants, les personnes qui en ont le plus besoin n’y auraient pas accès.

Et ensuite, on fonctionne avec un modèle de participation consciente. La plus petite cotisation chez nous, c’est 5€ par mois et on peut donner jusqu’à 50€ par mois. Cela permet de faire tourner les services qu’on propose, notamment d’information, d’accompagnement, etc.

On a une deuxième mission beaucoup plus systémique, qui est de réécrire les règles du jeu pour les indépendants.

Tout notre système actuel de protection et de réglementation des indépendants a été conçu au siècle dernier, quand la majorité des indépendants était des agriculteurs. On a besoin aujourd’hui de recréer un système de protection et de réglementation qui soit adapté au monde d’aujourd’hui, c’est à dire adapté au numérique, adapté au fait qu’on vit beaucoup dans les villes, qu’on n’est pas en autosuffisance alimentaire, qu’on peut se retrouver dans des situations où on est dépendant du reste de l’économie, comme on l’a vu pendant pendant le Covid. A titre d’exemple, c’est nous qui avons obtenu du gouvernement des aides supplémentaires pour les indépendants.

En résumé, les gens qui viennent chez indépendants.co vont retrouver ces deux dimensions. La dimension d’aide individuelle, bien sûr. Et puis la dimension de combat collectif.

 

Julie Huguet : On voit bien que la crise covid a été un vrai révélateur du besoin de transformer, de structurer ce statut d’indépendant. Quelles sont les prochaines étapes pour arriver à encore mieux structurer et à répondre aux besoins des indépendants ?

Hind Elidrissi : Je passe 70% de mon temps sur le syndicat et 30% sur mon entreprise. Mon activité chez Wemind est d’apporter les meilleurs services en termes de mutuelle et nous le faisons avec un certain succès, puisqu’aujourd’hui, je crois qu’on est la mutuelle la mieux notée sur Google, mais c’est aussi d’apporter le meilleur service à la communauté et d’animer cette communauté. On a la chance phénoménale, avec tous les freelance et toutes les petites entreprises qui nous font confiance, d’avoir atteint l’équilibre financier sans avoir levé de fonds, à part un tout petit peu au début. Cela me permet d’avoir très peu d’actionnaires, d’être totalement libre de pouvoir m’engager et de pouvoir engager les valeurs de Wemind autour des choses qui nous intéressent. Aujourd’hui, je considère qu’il y a vraiment urgence à défendre un nouveau modèle, avoir des meilleurs droits pour les indépendants. Chez indépendants.co, pour la création de ce nouveau modèle, on est plus dans une logique de combat, de travail technique, politique, etc, qui est beaucoup plus complexe, et donc qui me demande beaucoup plus de temps.

 

Julie Huguet : Si on se projette maintenant dans un an, dans trois ans, dans un monde idéal où tu as gagné grâce à tout ce que tu fais, à quoi ressemblera la société ou la vie des freelances à ce moment-là ?

Hind Elidrissi : L’objectif pour moi pour l’année 2022, c’est déjà de faire des indépendants un enjeu majeur de la campagne présidentielle.

C’est le premier point. Et après, mon objectif est que l’on réussisse à créer un nouveau modèle pour les indépendants à l’échelle européenne, et que ce modèle soit choisi et défini par les indépendants eux-mêmes. Ça, c’est le rêve idéal.

Retrouvez Hind Elidrissi sur Linkedin

Julie Huguet

Julie Huguet est entrepreneure et présidente d’une capitale French Tech. Passionnée de tous les sujets liés à la transformation, l’innovation ou plus généralement à la tech.