« Le contrat de travail n’est plus très important, c’est l’expertise qui prime ! »

le 11/07/18
Progression des technologies, concurrence accrue, obligation d’innover, les entreprises n’ont pas d’autres choix que d’aller chercher à l’extérieur les compétences, idées et savoir-faire qui leur manquent. Dans cette entreprise désormais étendue - car ouverte à une myriade de partenaires experts indépendants - le rôle des directions achats est en train de muter pour s’adapter à cette nouvelle donne, comme l’a fait en son temps la DSI.  

Interview de Fabrice Menelot, président et fondateur de Crop & Co, cabinet de conseil spécialisé dans les achats.  

Parmi les nombreuses révolutions qui touchent l’entreprise, figure celle de l’entreprise étendue. Qu’en est-il réellement ?

Si le concept n’est pas récent, on y est pleinement aujourd’hui car les entreprises ont été contraintes de se questionner sur leur chaine de valeur. Elles ont en effet pris conscience qu’une grande partie de la performance qu’elles délivrent est entre les mains de ressources extérieures. Le fait nouveau aujourd’hui est lié à la digitalisation des processus qui offre plus de rapidité, de transparence et qui a fait naître de nouveaux acteurs comme AirBnB ou Uber qui disruptent aujourd’hui les entreprises. Les acheteurs sont au cœur de cette révolution et ils doivent, souvent avec peu de moyens, être à même à la fois de manager de plus en plus de ressources externes et de nouer de nouvelles relations avec des fournisseurs très agiles.  

Le rapport au contrat de travail a-t-il, selon vous, réellement changé ?

Clairement oui. Aujourd’hui, on ne demande plus aux entreprises si toutes les personnes qui travaillent pour elles sont salariées ou non. Le contrat de travail n’est plus très important car c’est l’expertise qui prime. De l’autre côté, on ne peut que constater le nombre très important de jeunes issus notamment de la génération Y qui souhaitent monter leur structure pour se détacher du lien hiérarchique et développer des relations commerciales avec plusieurs clients. Côté achats on le constate également : de plus en plus de grandes directions achats sont composées à la fois d’acheteurs salariés et de consultants achats freelances et cela fonctionne très bien. Les entreprises travaillent aujourd’hui en équipe projet et s’il faut intégrer des ressources externes pour aller chercher l’expertise qu’il manque en interne, elles le font sans problème.  

Les risques juridiques liés à cette main d’œuvre freelance (prêt de main d’œuvre illicite, risque de requalification) sont mieux intégrés et mieux gérés aujourd’hui par les entreprises. Leur préoccupation aujourd’hui c’est de trouver l’expertise adéquate pour répondre à leurs besoins.  

Ce phénomène de l’entreprise étendue a été boosté par ailleurs par les différentes crises économiques. Les organisations préfèrent aujourd’hui payer une prestation plus chère sur une période plus courte plutôt que d’avoir à payer un salaire en continu.