Les missions de portage à l’étranger, comment faire le bon choix ?

L’intensification de la mondialisation a eu pour effet de faciliter le travail et d’agrandir le champ d’action des salariés portés. Il est désormais nettement plus aisé de se faire connaître à l’international. Le dispositif du portage salarial, par essence, profite pleinement de cet état de fait. La mobilité, l’autonomie et l’expertise sont les qualités essentielles de la bonne marche de ce système.

Mission étranger portage salarial

Le travail à l’étranger peut être attrayant pour beaucoup, pour autant il est indispensable de connaître certains aspects de ce type de fonctionnement. Faut-il opter pour une société de portage française ou étrangère ? Quel est le statut le plus approprié entre travailleur détaché et expatrié ? Gérer ses missions en France ou à l’international n’a pas la même résonance, et nous allons vous guider dans cette démarche.

 

Qu’est-ce que le travail en portage salarial ?

Pour rappel, le portage salarial est un dispositif qui permet à une personne qualifiée de mener à bien des missions, des prestations pour un client. Il faut préciser que ce client fait appel à un salarié porté si et seulement si il se trouve dans l’incapacité de mener lui-même ledit projet. La troisième entité de système est la société de portage. Celle-ci rémunère le porté et s’acquitte de toutes les formalités administratives liées au contrat. Le porté cherche tout seul ses missions. C’est aussi lui qui négocie les tenants et les aboutissants de celles-ci, ainsi que la rémunération.

Ce statut donne les avantages du salariat classique avec une position de travailleur indépendant.

Pour le portage salarial à l’international, c’est exactement le même système qui prévaut, à la différence que les missions s’effectuent dans un autre pays que la France. On peut préciser que les missions peuvent être effectuées pour des entreprises étrangères, bien entendu, mais aussi pour des entreprises françaises résidant sur un sol étranger.

Quelle société de portage choisir ? Française ou étrangère ?

Lorsqu’il envisage de mener des missions à l’étranger, le salarié porté à deux solutions. Soit il opte pour une société de portage française, soit il en choisit une dans le pays même ou il effectuera sa prestation. Il devra, en fait, choisir entre deux statuts : le détachement ou l’expatriation. Dans le premier cas, le salarié effectue une mission plutôt courte, ponctuelle, il reste ainsi dépendant de la législation française. Dans le second cas, souvent dans le cadre de missions supérieures à six mois, il sera soumis aux règles en vigueur dans le pays concerné.

Si le salarié porté décide de prendre une société étrangère, le portage se fera selon les règles du pays en question. Cela peut donner comme perspective de bénéficier d’un régime fiscal et social plus léger. En effet, certains pays possèdent une législation nettement plus souple et plus avantageuse sur ces aspects.

Il est indispensable d’évaluer les situations au cas par cas, selon les pays voire les continents. Avoir une réelle connaissance des législations des pays visés doit permettre de faire un choix au plus juste. Les sociétés de portage peuvent accompagner le porté dans cette démarche.

Il faut savoir enfin que dans le cas où les sociétés de portage étrangères proposent des compensations inférieures, il existe la possibilité de souscrire à une assurance privée qui peut compléter le manque.

Quels sont les avantages du portage salarial à l’international ?

Dans le cas où le salarié opte pour le statut de détaché, il bénéficie de tous les avantages du portage salarial classique. C’est-à-dire que la société de portage va entreprendre toutes les démarches administratives et la protection sociale française. De plus, elle va mettre en place un contrat de travail spécifique spécialement fait pour cette mission et pour ce pays. Un accompagnement est effectué par la société de portage sur de nombreux aspects :

  • Préparation du départ.
  • Remboursement de soins éventuels, assurance rapatriement, invalidité, décès, etc.
  • Virement des salaires dans la monnaie de votre choix.
  • Élaboration du contrat de travail.
  • Liens avec les ambassades.
  • Etc.

Le salarié porté conserve ainsi le même statut professionnel qu’en France et du coup le même employeur, à savoir la société de portage. À noter que dans certains cas il peut même prétendre à une exonération fiscale en France. Il peut même s’agir d’un abattement partiel ou total selon les cas.

Le client peut lui aussi trouver son compte dans ce dispositif. Il n’a pas la contrainte que peut représenter un recrutement classique, il travaille en toute confiance avec le porté et la société de portage qui l’accompagne. Une transparence bénéfique à tous.

je recherche un talent
  • Profil
    1
  • Mission
    2
  • Informations complémentaires
    3
  • Coordonnées
    4
Exemple : consultant SAP, Développeur Front-End, Graphiste...
Exemple : SAP SD, anglais, ITIL, SCRUM, Angular JS...