Les outils du Data Manager

Mis à jour le Friday, June 25, 2021

Pour effectuer son travail, le gestionnaire de données utilise un large panel d’outils, qui vont permettre la collecte, le stockage et l’exploitation des informations dont souhaite disposer l’entreprise. Des dizaines de logiciels dédiés à ces activités se partagent aujourd’hui ce marché, chacun ayant ses spécificités et ses avantages. 

Au vu du nombre de solutions existantes, vous ne trouverez pas ici une liste exhaustive de tous les outils dont un Data Manager peut se servir. Mais nous allons tenter de donner plus de précision sur les différents types de logiciels et leur utilité. Sans oublier les autres outils qui vont aider le gestionnaire de données à s’organiser et à rester à la pointe de la technologie !

Ordinateur et feuille avec des graphiques

Les logiciels dédiés à la gestion des données

Les sigles et les dénominations anglophones sont légion lorsque l’on parle des outils de gestion de Data. Pas toujours facile pour les néophytes de s’y retrouver ! Ce qu’il faut retenir, c’est que le Data Manager s’appuie sur des solutions existantes pour mener à bien ses différentes missions, tout en personnalisant les paramètres et l’organisation des bases de données, afin que cela corresponde au besoin du client.

Il peut ainsi avoir affaire à un Data Warehouse (entrepôt de données), qui est une solution de stockage des données, permettant de disposer d’un historique complet de toutes les informations jusqu’alors collectées.

En plus de cette solution d’archivage, le Data Manager doit utiliser un logiciel qui permet d’avoir accès en temps réel aux données et de les gérer au quotidien. Ces solutions permettent de stocker les données entrantes, de les organiser, de supprimer les redondances, etc. Elles fonctionnent pour la plupart via le langage SQL, qui permet la gestion des requêtes. À savoir qu’en plus des logiciels de ce type, on trouve de plus en plus de plateformes de gestion de données dans le Cloud. Le Data Manager doit donc maîtriser ces solutions d’un nouveau genre, leurs fonctionnalités et les précautions qu’elles impliquent.

Il existe actuellement pléthore d’outils pour la gestion de données : le Data Manager doit soit s’adapter aux outils dont dispose l’entreprise, soit décider des logiciels qui seront les plus adaptés aux spécificités de l’entreprise et qu’il maîtrise le mieux.

Afin de collecter les données, il est par ailleurs indispensable d’utiliser un outil d’intégration. Il s’agit d’une plateforme qui va permettre de capter les informations que l’on souhaite extraire puis de les agréger dans une base unique. Pour ce faire, le Data Manager a à sa disposition deux principaux types d’outils :

  • l’ETL (Extract, Transform & Load), permettant de collecter des données de sources hétérogènes et de les transformer de sorte qu’elles deviennent exploitables ;
  • l’EAI (Entreprise Application Integration) et l’ESB (Entreprise Service Bus), qui sont des solutions visant à faire communiquer des applications distinctes au sein de l’entreprise, pour permettre l’échange d’informations.

Parmi les autres outils incontournables, on compte également ceux qui assurent le traitement des données. Ils sont utilisés pour faire parler les données et les analyser. On les retrouve parfois sous le terme “d’outils de Business Intelligence” ou de “plateformes de gestion de données”. La plupart de ces solutions permettent de réaliser une multitude d’opérations visant à fournir du contenu à visée commerciale ou marketing. Le Data Manager peut les utiliser pour délivrer des statistiques, créer des représentations visuelles à partir des données, construire des rapports personnalisés selon les besoins émis par les différents services de l’entreprise, etc. Il peut aussi décider de mettre en place des solutions d’analyse de données qui seront facilement utilisables par le personnel qui a besoin d’exploiter ces données mais qui n’a pas de connaissance technique dans la gestion de Data.

Enfin, le gestionnaire de données utilise des outils qui ont vocation à protéger et à sécuriser les informations. Il doit ainsi se servir de solutions déjà existantes au sein de l’entreprise ou mettre en place de nouveaux systèmes et processus de protection. Cela se fait généralement en collaboration avec le service informatique interne ou avec le prestataire d’infogérance. Les outils utilisés peuvent alors être des logiciels de cryptage de données, de systèmes d’analyse prédictive des risques, d’applications d’authentification à plusieurs facteurs, etc.

La multiplicité des outils existants implique que d’une entreprise à l’autre, le Data Manager ne sera pas forcément amené à manipuler les mêmes logiciels et applications. Il doit donc faire preuve d’adaptation, tout en étant capable d’être force de proposition lorsqu’il estime qu’un outil pourrait être plus performant qu’un autre.

Les outils de veille technologique

Le Data Management est en perpétuel mouvement : les technologies évoluent constamment et rapidement. Pour bien faire son travail, le gestionnaire de données doit donc rester informé des dernières nouveautés en effectuant une veille technologique. Cela est indispensable pour offrir les meilleures performances possible et pour assurer la sécurité et la confidentialité des données.

Pour réaliser cette veille, il peut s’appuyer sur des sources diverses :

  • les sites Internet et la presse spécialisés dans l’informatique et le web ;
  • les réseaux sociaux, comme LinkedIn ou encore YouTube ;
  • les plateformes de partage et les forums regroupant des membres du secteur de la Data ou de l’informatique de façon plus globale ;
  • les webinars et les conférences qui traitent de la gestion de données, de la sécurité informatique, du Big Data, etc. ;
  • les livres ou articles d’experts de la Data, etc.

Pour faciliter cette veille et surtout l’optimiser pour qu’elle soit efficace et peu chronophage, un Data Manager peut se servir d’outils que chacun d’entre nous a aussi en sa possession. Il peut par exemple s’agir de l’inscription à des newsletters, de la mise en place d’alertes Google ou encore d’abonnements à des pages spécialisées sur les réseaux sociaux. Il existe aussi des solutions complètes spécialement dédiées à la veille, permettant de centraliser le type d’informations dont le Data Manager souhaite avoir connaissance.

Ce même genre d’outils peut aussi être utilisé par le Data Manager afin de réaliser une veille juridique. Il doit en effet être parfaitement informé de l’évolution de la réglementation au sujet de la collecte des données, de leur sécurité et de leur traitement.

Les solutions collaboratives pour le travail en équipe

Le Data Manager est constamment amené à échanger avec ses collaborateurs directs pour la gestion de données (Data Analyst, Ingénieur Big Data, Chief Data Officer, etc.) ainsi qu’avec les autres services de l’entreprise pour qui il gère ces données. C’est pourquoi il se sert d’outils qui vont l’aider à partager des informations, suivre l’avancée d’un projet, répondre aux demandes, etc. Un nouveau Data Manager qui vient rejoindre une entreprise s’adapte généralement aux solutions déjà utilisées en interne.

On compte parmi elles des applications sous forme de messagerie collective, avec la possibilité de créer plusieurs catégories en fonction des projets et des utilisateurs, comme avec Slack ou Fleep. D’autres disposent de fonctionnalités plus abouties, comme la visioconférence (ex : Microsoft Teams, Google Chat) ou encore le gestionnaire de tâches (ex : Missive, Wimi).

Ces outils sont aujourd’hui incontournables dans beaucoup d’entreprises, permettant une meilleure productivité que les échanges de mail ou les réunions à répétition.

Je note cette page
noter
je recherche un talent
  • Mission
    1
  • Informations complémentaires
    2
  • Coordonnées
    3
Exemple : consultant SAP, Développeur Front-End, Graphiste...