La grande accélération des achats responsables avec Thierry Bellon

Publié le Tuesday, April 12, 2022 et réalisé par Julie Huguet

​Comme de nombreuses fonctions au sein des entreprises, le service achat connaît une transformation importante. Cela est nécessaire pour s’adapter aux réalités et défis actuels du monde. Pour en comprendre les tenants et aboutissants, découvrez dans cette nouvelle interview des Change Makers, les grands éléments à l’origine de l’accélération des achats responsables.

Video thumbnail

Comment la RSE s’est-elle installée dans le métier d’acheteur ?

Conscients que le secteur des achats responsables est très complexe et technique, nous avons fait appel à un expert du domaine pour nous assister à la compréhension de cette transformation. Il s’agit de Thierry Bellon, président du Club Planet Sourcing, consultant et ancien délégué général des achats à chez Air France pendant plus de 10 ans. Il nous évoque comment la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) a influé dans le métier d’acheteur

​Acheteur : un métier en perpétuelle évolution

D’après cet expert, le métier d’acheteur est « en pleine et constante évolution ». Il est en effet nécessaire de toujours rechercher des idées nouvelles pour améliorer les services et produits offerts, puis de trouver de nouvelles sources de productivités, car les contraintes sont permanentes. Une très bonne connaissance des fournisseurs est ainsi indispensable. Le service d’achats responsables est une fonction récente, où les acheteurs avaient pour rôle de négocier uniquement les prix. Ces professionnels se sont ensuite chargés également des coûts de production et de la recherche auprès des fournisseurs, d’une contribution spécifique qui permettrait de se démarquer de la concurrence.

C’est une transition de la recherche en rapport aux prix et aux coûts, vers les valeurs pour améliorer la compétitivité d’entreprise. Le service d’achats responsables est très important dans une société, car sa valeur ajoutée est de 60 % en moyenne. Pour atteindre de tels résultats, il est toutefois nécessaire de faire des choix avisés et qui touchent les clients.

En ce qui concerne les équipes de service d’achats responsables, elles ont subi une transformation sur les 10 dernières années. Le fonctionnement de cette profession a foncièrement changé en mettant désormais l’accent sur la curiosité et la qualité de la relation avec les autres. Il était cependant nécessaire de beaucoup communiquer autant en interne qu’à l’externe pour y arriver.

En interne, la communication était indispensable pour amener l’équipe à accepter le changement. Sur le plan externe, la communication est nécessaire pour convaincre les fournisseurs qu’ils correspondent le mieux à votre entreprise et les amener à travailler avec vous. Cela devait se faire tout en gardant les contraintes financières à l’esprit. Pour accomplir ces travaux, il était nécessaire d’avoir une forte motivation et une bonne marge de manœuvre.

La transition vers le service d’achats responsables

Un événement en principal a façonné la vision de l’expert en ce qui concerne le service d’achats responsables. Il s’agit du développement de services pour une entreprise qui exerçait dans le secteur adapté (handicap).

Au cours de ce projet, l’une des acheteuses notifiait à M. Bellon que le travail avec cette société lui apportait une sensation unique au terme de la journée, même s’il nécessitait 5 fois plus d’efforts. Cela traduisait une réelle valeur ajoutée apportée au client. C’est cela qui a conforté l’expert en achat responsable à s’investir dans cette direction, avec la conviction que c’était « le choix le plus avisé et l’avenir du domaine ».

L’expert précise aussi que « l’accompagnement de l’équipe dirigeante est très important pour faciliter cette transition ». Cela permet d’ajouter des valeurs sociétales et écologiques aux actions du service achat. Tout cela est crucial pour attirer et fidéliser les collaborateurs, car c’est le meilleur moyen de leur garantir une expérience agréable au sein de l’entreprise.

​Comment se passe l’achat responsable en pratique ?

Il existe des lois à suivre pour pratiquer l’achat responsable. La première qui était en vigueur en France est la loi du devoir de vigilance. Elle imposait au client final un fort engagement dans le suivi de l’ensemble de la chaine de production et la sous-traitance en particulier. Cela était très bénéfique pour tous, car tout le monde était obligé d’observer les produits et services avec un plan de vigilance bien défini à l’appui.

Une évolution fulgurante des achats responsables

Le devoir de reporting a fait ensuite son apparition à l’échelle européenne. Il s’agissait de déclarer ses performances extrafinancières obligatoirement. Il fallait ainsi fournir une liste détaillée des actions menées par une entreprise dans le cadre de la responsabilité sociétale.

Actuellement, l’évolution du domaine est encore plus rapide, car une prise de conscience collective a eu lieu, surtout concernant l’écologie. Dans ce sens, le règlement de l’Union européenne indique désormais les investissements à privilégier et met à disposition les fonds nécessaires. La responsabilité sociétale devient alors très concrète avec un aspect business. Il est également question de reporting sur l’impact carbone avec les notions de Scope 1 et Scope 2, liées aux émissions de CO2 dues à l’activité économique d’une entreprise.

Les acheteurs, premiers acteurs impliqués par la transformation

Plus loin, le Scope 3 prend en compte les flux en amont. Il s’agit des émissions de CO2 provenant des fournisseurs d’une entreprise, qui sont estimées à 70 % de son empreinte carbone. Une autre loi entrera en vigueur d’ici 2030, avec l’obligation des entreprises de surveiller et gérer le flux en amont de leur production avec leurs fournisseurs. Les acheteurs sont les premiers acteurs à impliquer, car ils maîtrisent déjà l’écosystème des fournisseurs et ont de l’expertise dans le domaine. En combinant leurs aptitudes à collaborer avec d’autres personnes, leur influence au sein de leur entreprise et les divers clubs d’achat existants, il est possible d’atteindre l’objectif.

Tous les acheteurs dans le monde doivent aussi s’unir pour faire face à ce défi majeur. Une telle union est nécessaire pour établir des standards à respecter en matière de responsabilité sociétale. Cela est indispensable comme dans de nombreux domaines, tels que le digital.

Quel est l’avenir de l’achat responsable ?

L’avenir s’annonce radieux pour l’achat responsable. Pour les entreprises qui aimeraient s’y engager beaucoup plus, il faut déjà qu’elles commencent par montrer au monde les petites actions qu’elles mènent dans ce sens. Cela est nécessaire pour amener tout le monde à en faire de même, avec les collaborateurs et les clients en tête. Aux consommateurs, montrez-leur que votre produit ou service participe à la transformation du monde. Personne ne résiste à cela.

Les acheteurs doivent également énormément s’intéresser à l’écosystème des fournisseurs et à l’image que les clients ont de l’entreprise. Cela est indispensable pour contribuer à la valeur de l’entreprise qui deviendra de plus en plus immatérielle. C’est une tendance globale qui se dessine dans un monde où les contraintes de productions matérielles sont présentes. Pour cela, les clients devront consommer beaucoup plus de valeur immatérielle. Il leur sera toutefois nécessaire de pouvoir l’identifier. Le rôle du service d’achat responsable ici sera de donner de la valeur à leurs produits et services en reflétant l’attention qu’ils portent à chaque consommateur singulier.

Les équipes d’acheteurs en France excellent dans ce domaine grâce au brassage de personnes et à l’assistance de travailleurs en freelance. Ce sont des professionnels qui ont une vision nouvelle du monde. Elles ont des personnalités capables de générer l’étonnement et d’impulser le réveil lorsque l’équipe s’endort sur ses accomplissements. Pour en savoir plus sur la responsabilité sociétale des entreprises et d’autres domaines, rejoignez les #ChangeMakers sur la chaine YouTube de Freelance.com.

Julie Huguet

Julie Huguet est entrepreneure et présidente d’une capitale French Tech. Passionnée de tous les sujets liés à la transformation, l’innovation ou plus généralement à la tech.