Miser sur le contenu gratuit pour valoriser son expertise et créer son business

Publié le mardi 21 mars 2023 et

La diffusion de contenus sur Internet est devenue une activité de plus en plus prisée pour développer sa notoriété, voire son business. Proposé gratuitement la plupart du temps, le contenu — texte, vidéo ou autre — se veut ultra-qualitatif dès lors qu’il concerne un sujet d’expertise. C’est d’ailleurs sur cette dimension qualitative que les créateurs parviennent à développer leur audience et leur communauté. Mais comment se rémunèrent-ils ? Quel est le business model des créateurs qui diffusent beaucoup de contenu à très forte valeur ajoutée de manière gratuite ?

Shubham Sharma est un ancien développeur full-stack. Spécialiste du NoCode, il a lancé sa chaîne YouTube qui compte aujourd’hui 105 000 abonnés, avec des vidéos atteignant jusqu’à 70 000 vues. Invité sur le plateau de freelance.com, il nous explique comment il a procédé pour valoriser son expertise (et en vivre).

Pourquoi et comment diffuser du contenu gratuit ?

« Je considère que le contenu est devenu une commodité : il y a en partout, sous toutes les formes. L’attention des gens est devenue hyper précieuse. Soit ils vont vers du contenu facile à consommer genre TikTok. Je n’y suis volontairement pas car je propose du contenu un peu plus technique, sous un format plus long. Mon but : proposer du contenu hyper qualitatif, hyper bien expliqué et hyper bien monté pour retenir l’attention et gagner la confiance. Un peu comme Fred et Jamy à l’époque sur les sujets scientifiques. »

Expliquer des concepts complexes dans un langage simple, pour simplifier la vie des personnes qui travaillent avec un ordinateur : l’objectif de Shubham Sharma est clair. S’inspirant des compétences acquises lorsqu’il était développeur, (bien communiquer, parler le même langage que le client), il décide de créer du contenu gratuit et ultra-qualitatif pour  rendre les sujets informatiques accessibles au plus grand nombre dans l’entreprise. C’est ainsi naissent ses vidéos et sa chaîne YouTube, le réseau lui apparaissant comme le plus adapté pour diffuser du long-form content un peu expert.

Bien choisir son sujet

Shubham Sharma a d’abord tâtonné avant de trouver sa voix. « J’ai commencé ma chaîne YouTube avec de la vulgarisation informatique très large. Le persona que je visais, c’était ma maman qui ne sait pas ce qu’est un serveur informatique. C’était beaucoup trop large. Je me suis donc réorienté vers les personnes avec lesquelles je travaillais, et avec lesquelles j’avais un socle : les outils. »

Shubham se focalise alors sur la thématique du NoCode. Après avoir réalisé des dizaines de vidéos explicatives sur le sujet, le voici aujourd’hui suivi par plus de 100 000 abonnés. Une notoriété acquise au fil des publications, basée sur la confiance et sur une audience fidèle. « A ce jour, je n’ai eu aucune transaction monétaire (que ce soit du sponsoring, de l’affiliation ou autre) avec les éditeurs de solutions NoCode. » Ainsi, Shubham conserve une totale objectivité sur les produits du marché et conserve ce qui, à ses yeux, a le plus de valeur : la relation de confiance avec l’auditeur.

Comment tirer des revenus de la publication de contenus gratuits ?

Sans sponsoring ni publicité, la diffusion de contenus gratuits — aussi qualitatifs soient-ils — ne génère pas de revenu. La question qui se pose alors de façon légitime est donc : quel est le business model de ce type d’activité ? Autrement dit : comment gagner sa vie quand on crée du contenu gratuit ?

Comme l’explique Shubham Sharma, « il y a plusieurs façons de monétiser son travail. En plus de créer du contenu, on peut être freelance en recherchant par ailleurs des gros clients et des gros budgets. Mais le risque est d’avoir moins de temps pour créer du contenu, et donc de relayer cette activité au second plan. L’autre option est de créer des produits en phase avec les contenus. Pour quelqu’un qui fait des vidéos sur un sujet d’expertise, le produit le plus facile, ce sont les formations. »

Shubham Sharma développe ainsi son activité autour de ces 2 axes : des vidéos expertes et informatives qui permettent de vulgariser les sujets autour du NoCode, et des formations qui s’adressent à ceux qui veulent aller plus loin. Au-delà des explications et de la découverte, il y aborde la partie méthodologie et mise en oeuvre.

Loin de se cannibaliser, ces deux activités lui apparaissent complémentaires. « Je bâtis une audience sur le long terme. Je préfère qu’une personne s’informe gratuitement, et qu’elle vienne se former avec moi après, quand elle est plus mature. »

Cet article peut également pour intéresser : La vidéo : l’incontournable pour digitaliser la communication des entreprises.

Alexis Favre

En tant que Responsable Marketing Digtal & Communication au sein du Groupe Freelance.com, je me suis passionné par le monde du travail avec notamment le bien-être au travail, la stratégie digitale des entreprises ou encore la communication.